Actualité – Encore un gilet jaune éborgné par la police. Le bilan commence à être lourd.

Filmé samedi à Paris, lors de la manifestation des Gilets jaunes, Manu a été blessé par un tir de grenade lacrymogène. Opéré lundi soir, le Valenciennois a malheureusement perdu l’usage de son œil.

La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux. On y voit Manuel C., Gilet jaune de Valenciennes, discutant avec d’autres manifestants, place d’Italie à Paris. Quand déboule vraisemblablement une grenade lacrymogène, venue de nulle part. L’homme est un père de famille âgé de 41 ans ; il reçoit le projectile dans l’œil gauche.

Sur place le manifestant a tout de suite reçu des soins, grâce à des Streets medics, puis il a été transporté aux urgences ophtalmologiques de l’hôpital Cochin. Mais il est rentré à Lille plus qu’inquiet et il a dû être opéré, ce lundi soir. Ce matin, la nouvelle se partage sur Facebook : Manuel, l’intérimaire dans l’industrie automobile, « l’ami travailleur, père de famille et gilet jaune pacifiste » a perdu l’usage de son œil, informe son entourage.

À la demande du ministère de l’Intérieur, le préfet de police va saisir l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), a indiqué une source policière à nos confrères de l’Obs. De son côté, le parquet de Paris a ouvert une enquête judiciaire pour « violence par personne dépositaire de l’autorité publique avec armes ayant entraîné une interruption temporaire de travail de plus de huit jours » et confié les investigations à l’IGPN.

Une plainte déposée contre le préfet de Paris

L’avocat du couple, Me Arié Alimi, a dénoncé mardi auprès de l’AFP une « violente agression » des forces de l’ordre lors « d’une nasse illégale ordonnée par le préfet de Paris ». Il a annoncé qu’il allait déposer une plainte auprès du doyen des juges d’instruction pour réclamer une requalification criminelle des investigations, pour « violences volontaires avec arme et en réunion par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné une mutilation permanente ». Cette plainte au nom de Manuel C. doit être également déposée pour « violation de liberté individuelle ». Elle vise nommément le préfet Lallement, l’accusant de complicité pour avoir autorisé l’usage de lanceur de grenade 56 mm.

Manuel C., gilet jaune à Valenciennes, serait la 25e victime éborgnée depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, selon le décompte du journaliste David Dufresne.

Source

25ème gilets jaunes éborgnés depuis le début du mouvement
L’Etat sait se défendre, il n’a que l’apparence de la faiblesse…

Actu rapportée par Daniel Conversano

Étiqueté , ,