Japon – Le ministre des affaires étrangère annonce un plan pour « transformer le Japon en une société multi-ethnique »

Traduit à partir d’un article de Paul Joseph Watson par Olivier Dubuis,

Ce ministre japonais souhaite donner le droit de vote aux résidents étrangers…

Le ministre des affaires étrangères Japonais a annoncé un plan pour «  transformer le Japon en une société multi-ethnique » en encourageant l’immigration et en donnant le droit de vote aux résidents étrangers. Toshimitsu Motegi est un politicien du Parti Démocrate Libéral (LDP) et est en fonction de ministre des affaires étrangères depuis septembre 2019. Pendant une séance, Motegi a présenté sa «  vision nationale » signifiant «  transformer le Japon en une société diversifiée et multi-ethnique au court du 21ème siècle » par une immigration en provenance du monde entier.

Cela pourrait aussi être réalisé en incorporant l’anglais comme seconde langue du pays et en donnant la possibilité de voter aux étrangers. Le Japon est actuellement à 98,1% ethniquement japonais, ensuite l’ethnie la plus représentative est chinoise à 0,5% seulement.

Le pays à un taux criminel extrêmement bas et le terrorisme y est très rare. En 2017, il fut révélé qu’en 2016, au summum de la crise des réfugiés, le Japon refusa 99% des réfugiés et n’en accepta que 28. En 2018, les gauchistes américains commencèrent à demander au Japon d’embrasser le multiculturalisme après qu’une joueuse de tennis métis à moitié Japonaise, avec un père haïtien-américain, avait gagné l’US Open.

Dans l’article intitulé « le Japon a besoin de sang étranger tel que Naomi Osaka (la joueuse de tennis ) », le journal Daily beast de Jake Adelstein, avait reconnu que la limitation de l’immigration et l’homogénéité ethnique engendrait un faible taux de criminalité et que chaque année, le seul point de vue contradictoire était la force policière et le contrôle des armes. En plus d’affirmer que la « xénophobie est profonde » au Japon, Adelstein (le journaliste en question), exhorte le pays à «  créer une société multiraciale nécessaire pour survivre et prospérer en tant que nation » en raison de la baisse de natalité au Japon.

« Avec une population décroissante, mais une légère augmentation des mariages internationaux, le Japon doit décider comment combattre le racisme, et embrasser le multi-culturalisme et la tolérance s’il veut survivre ». Il finit par attirer l’attention sur un plan d’immigration des Nation Unies qui suggère en priorité de garder constant la masse de population en âge de travailler. Le Japon « a besoin de 33,5 million d’immigré entre 1995 et 2050 » selon ce plan qui a déjà circulé dans les sphères nationalistes européennes.

La population japonaise est dans une large majorité opposée à l’immigration, affichant une hostilité envers les migrants chinois en dépit du fait qu’ils représentent une faible fraction de la population. Si Motegi parvient à leur faire changer d’avis, ils découvriront par eux même si la diversité est une force… Ou pas.

Source

Étiqueté , , , , , , , ,