Point de vue – Pourquoi il est indispensable de lire : concentration, maîtrise des émotions, profondeur – Publié sur Telegram le 23 juillet 2022

Vous pouvez retrouver en intégralité ce billet d’humeur sur mon canal telegram : https://t.me/danielconversano – En voici une copie presque complète, ci-dessous ⬇️

“73% des votants d’un sondage que j’ai réalisé récemment ont affirmé lire moins de dix livres par an.
Je trouve cela préoccupant.

Il est de bon ton de prendre le parti des grands travailleurs dans le milieu (comme s’il n’y avait que ça chez nous), et de relativiser ce genre de résultats : en général, la France prolo, celle des ouvriers, des actifs bossant 40 heures ou plus, manque de temps pour lire.

Mais je connais bien mes contemporains. Je sais que vous êtes nombreux à avoir du temps libre, énormément de temps libre. Et il est mal employé, ce temps libre.

J’ai remarqué que la lecture et l’écriture sont très dévalorisées depuis quelques années. Ceux qui s’y adonnent sont vus comme des “prétentieux” ou de vieux machins plus en phase avec leur époque. Autrefois, ceux qui ne lisaient pas en avaient un peu honte, maintenant ils le revendiquent et ne se gênent pas d’affirmer que la consommation de vidéos a remplacé la lecture, que c’est très bien comme ça, qu’on y a gagné au change.

C’EST FAUX.

Le fait de lire peu, à une époque où l’analphabétisme a été éradiqué et que toute la culture du monde est accessible facilement (et gratuitement), traduit une incapacité à se concentrer sur un temps moyen ou long. C’est se mentir à soi que de prétendre que cela n’a pas de conséquence sur la construction de l’intelligence personnelle.
Si on a l’impression que les gens sont plus idiots qu’avant, c’est peut-être parce que ce n’est pas qu’une impression.
Certes les paysans ne lisaient pas du tout autrefois, mais les urbains, même ceux qui ne finissaient pas en haut de l’échelle, avaient une meilleure maîtrise du langage et de l’orthographe parce qu’ils lisaient plus que ceux de notre époque.
Et cela ne les rendait pas seulement plus cultivés. Cela les rendait plus profonds, plus intelligents dans l’échange, plus intelligibles, plus intéressants.
Il suffit de regarder un micro-trottoir des années 60 pour s’en rendre compte. Et cela n’a rien à voir avec l’immigration.

Quand vous suivez un idéologue, que ce soit Rougeyron (dont je déteste la ligne), Soral, ou moi, c’est parce que vous lui accordez un crédit intellectuel.
Si vous lui accordez ce crédit, c’est parce que cette personne a une culture bien assimilée, visible, incontestable, et cherche à la transmettre. Parce qu’elle a lu, en général, plus que vous.
Affirmer que “lire ne sert à rien” et suivre des rhéteurs ou des intellectuels qui eux, ont beaucoup lu, en faisant confiance à leurs avis, est parfaitement contradictoire.

En lisant davantage les classiques du répertoire français et européen, du roman à la philosophie, en complétant ces lectures par celles d’essais politiques passés et contemporains, votre avis personnel va s’affiner, changer peut-être du tout au tout, et vous serez capables de bien mieux argumenter et présenter vos idées dans la conversation avec les autres. Vous deviendrez de meilleurs militants. Vos commentaires seront moins pénibles pour ceux qui lisent (des choses apprises dans cent livres sérieux sont contestées par des diplômés en youtube qui n’ont pas le niveau pour nous parler : et je dis ça sans exagérer une seconde.)

Mais au-delà de ça : ne pas savoir bien s’exprimer est un HANDICAP dans la vie.
Vous n’imaginez pas combien “bien parler” m’a aidé, depuis que je suis adulte. Et je ne suis pas né “bon à l’oral”, je le suis devenu à force de lecture et d’exercices.

Mais le plus grave n’est même pas encore cet handicap : l’incapacité à rester concentré sur une seule activité pendant plusieurs heures crée une agitation de l’esprit problématique, l’esprit devient comme le cheval sauvage dans les rodéos. Il bouge dans tous les sens, il ne vous obéit pas, il va partout, donc nulle part. L’impossibilité de résister à la distraction crée la névrose post-moderne, c’est-à-dire tout ce qui fait que le monde aujourd’hui nous semble pervers et gris. Lire apprend à discipliner son esprit, à ne pas se détourner d’une tâche, d’un objectif. A rester sur twitter seulement 30 minutes et pas une de plus, pour se divertir ou s’informer, le décider au préalable et s’y tenir…”

SUITE ET FIN ICI – CLIQUEZ SANS TARDER –

Total
1
Shares
Previous Post

Salon vocal du PDF : “Le déclin du cinéma français” – Daniel Conversano, Antoine Bernard, Raphaël de Reconquête

Next Post

Vive l’Europe – Histoire et avenir de Rivarol, entretien avec l’idéologue national-catholique Jérôme Bourbon – Juillet 2022