Point de vue – Un matin morne dans le métro parisien, contrôle au faciès – Les remplacants nuisent aux Braves Gens

Texte écrit le 5 février 2021 par un membre de nos groupes telegram :

7h20, froid glacial dans la banlieue parisienne. A cette heure où seuls les plus travailleurs sont levés, personne n’est présent dans ma petite gare excentrée. Je suis le seul à passer les portiques et à prendre mon train.

Comme n’importe quel européen qui se respecte, je paie mon billet aller-retour pour me rendre travailler dans Paris intra-muros, m’enfermer 10 heures de suite dans un grand building impersonnel.

14€20, ça fait cher pour simplement aller bosser. Presque le prix d’une demi journée de travail… Les plaisirs de la vie parisienne…

Gare toujours vide, je valide mon billet dans le composteur, je passe le portique de sécurité et là, alors que nous sommes en pleine crise sanitaire et qu’il est 7h20 du matin je le rappelle, 2 rangées de 6 agents de sécurité se heurtent à moi. Parmi eux, 2 Arabes à longues barbes. Des salafistes.

Alors même que ces 6 contrôleurs m’ont vu tout au long de mon passage en gare acheter mon ticket puis le composter, sous leurs yeux, je suis interpellé par l’un des Arabes du groupe. « Votre titre de transport, on veut le voir s’il vous plait ».

Râle audible de ma part, je tend le billet au barbu. Un sourire de satisfaction se dessine au coin de sa bouche, ça y est, il va passer une bonne journée !

Morale de l’histoire : Les Arabes, mais pas seulement eux, ont un plaisir sadique à exercer leur autorité sur des Blancs dans leur propre pays. Alors même qu’ils n’en ont pas le besoin (mon billet a été payé sous leurs yeux, encore une fois), ils font du zèle pour gonfler leur ego et bien nous montrer qu’ils veulent nuire. Leur complexe d’infériorité s’évanouit le temps d’une minute lorsqu’ils prennent plaisir à « mettre à l’amende » un contribuable blanc, inséré dans la société, une brave personne.

Voilà pourquoi l’Etat français rempli ses effectifs d’allogènes, que ce soit l’armée, la police ou les mairies. Le gouvernement sait qu’ils mettront du coeur à l’ouvrage. Non pour un salaire quelconque, simplement par esprit de vengeance et… de conquête.


Étiqueté , , , , , , , , ,