Politique – Dmitri Medvedev, ancien président de la Russie, répond aux sanctions économiques de l’Occident dans un communiqué

Ce communiqué fort et précis a été publié le 10 mars 2022 sur la page officielle de Medvedev, l’ancien président de la Russie et soutien fidèle de Vladimir Poutine. Comme vous allez le voir, ceux qui disaient que Medvedev manquait de personnalité ou de mordant se sont trompés. On comprend pourquoi Poutine l’avait choisi pour assurer l’intérim entre 2008 et 2012. Voici son texte :

“J’ai observé le grand exode des entreprises étrangères des marchés russes. Il n’y a pas si longtemps, semble-t-il, elles faisaient des affaires florissantes ici, réalisant d’assez bons bénéfices.
La décision de partir en tant que telle n’a rien à voir avec les affaires ; c’est de la pure politique. Washington et Bruxelles, qui dansent au rythme des États-Unis, sont occupés à inventer encore plus de nouvelles interdictions stupides, car en réalité, ils ne parviennent pas à élaborer une réponse valable à la Russie. Ils sont ridicules. Ils veulent entraîner les entreprises privées dans ce défilé de limitations idiotes. Vraiment pitoyable.

Leurs fonctionnaires russophobes myopes ne se soucient pas des personnes en Europe et en Russie qui perdent leur emploi à cause de leurs décisions brutales qui vont à l’encontre du bon sens.
Au lieu de cela, ces politiciens se concentrent désormais sur l’exercice d’une pression énorme sur les actionnaires, pour les faire plier à leur volonté.
La réticence des entreprises étrangères à quitter la Russie et leurs pertes potentielles ne sont pas non plus prises en considération.
Notre réponse sera fondamentale et dure.

Dans l’un de mes articles, j’ai récemment déclaré que la Russie n’allait pas tolérer l’arrestation sans fondement des biens de ses citoyens et de ses entreprises à l’étranger.
J’ai également souligné la nécessité d’une réponse symétrique, comprenant le blocage des actifs étrangers et une éventuelle nationalisation
. Il en va de même pour les entreprises étrangères qui refusent de travailler dans notre pays : en se pliant aux sanctions, elles abandonnent en fait leurs employés à leur sort. Le gouvernement russe élabore déjà certaines mesures visant ces entreprises, dont la faillite et la nationalisation de leurs biens. La tâche principale est de ne pas laisser la population sur le carreau, de créer de nouveaux produits manufacturés à partir de ceux dont se débarrassent actuellement les investisseurs étrangers en panique. Cette approche est impartiale et juste.

Et encore une chose. Quelles que soient les raisons de l’exode, les entreprises étrangères doivent comprendre que la réintroduction sur nos marchés ne sera pas facile. Prenons l’exemple de 2014, lorsque l’Occident a également provoqué sans fondement une panique et imposé des sanctions. Pourtant, en réagissant de manière analogue, notre pays a réussi à assurer la sécurité alimentaire et à résoudre un certain nombre de problèmes liés à la substitution des importations. Cette fois-ci, nous y parviendrons également. Faire des hamburgers et des petits pains, et des bons, n’est pas un problème pour nous.
En fait, c’est ce que les hommes d’affaires sous sanctions pourraient faire maintenant chez nous 😂.

Dmitri Medvedev”

Fin du communiqué.

Elle est loin d’être finie, cette guerre, croyez-moi – Conversano

Total
1
Shares
Previous Post

Livre audio – “Le rêve d’un homme ridicule”, court récit de Fedor Dostoïevski – En écoute intégrale

Next Post

Nouveauté – Les LIVES vidéos désormais possibles sur Telegram – Daniel Conversano