E.R critique mon aide à la rencontre : Soral ne veut pas que vous soyez heureux. Il vous aime dépressif

Le prince du mensonge Alain Soral, lequel passe visiblement son temps à surveiller tout ce que je fais et entreprends, n’a pas pu s’empêcher d’envoyer ses plumitifs au charbon pour écrire un article à charge contre mon site bâtir un foyer, mais aussi contre l’Europe de l’est et en particulier la Roumanie. C’est vrai qu’on est si heureux en France entourés d’Africains surdoués et de musulmans charmants, on se demande bien pourquoi certains cinglés vous invitent à les rejoindre dans une Europe encore blanche !

Déjà, ce qui est incroyable, c’est que je n’ai même pas détaillé dans une vidéo dédiée le contenu des formules que je propose – le site a 5 jours – que certains (la sphère ER et toute la chiasse qui tourne autour depuis dix ans, à l’image du sorcier vaudou à costard Stéphane Est Noir – un mage de haut niveau : vous lui envoyez 175 balles, et après, vous êtes aussi célibataires qu’avant ! – dont je m’occuperai d’ailleurs quand j’aurai une minute) en sont déjà à vomir sur mon concept, sans même l’avoir compris.

Il n’y a pas de catalogue de nanas auquel vous auriez accès en appelant le 3615 Conversano. NON : vous me contactez, j’apprends à vous connaître, vous me dites quand vous pouvez venir sur place, et une fois à mes côtés, NOUS CHERCHONS ENSEMBLE une femme disponible et voulant construire une famille, comme on en trouve des millions ici sur les bancs des universités, aux terrasses de café et sur internet. Ma garantie est la suivante : une fois associés vous et moi, je ne lâche pas l’affaire tant que vous n’avez pas trouvé votre amoureuse !

La diffamation est donc principielle : c’est un site de conseils et de guidage sur place, pas de mise en relation directe sans travail de terrain. Si je disposais d’un catalogue de 200 nanas à marier sur le champ, je ne ferais pas un site de coaching mais une agence privée où femmes et hommes paieraient pour être inscrits dans mon registre. Je n’ai pas le désir ni les moyens d’organiser ce genre de rencards artificiels, dont la plupart d’ailleurs ne conduisent pas à un couple réel et durable.

J’estime pour connaître le pays qu’une telle dépense pour les célibataires français n’est du reste pas utile. Avec un petit briefing sur l’état d’esprit des femmes estiennes, de belles photos et une aide à la discrimination des profils de « chercheuses d’or » (en gros, si vous avez 63 ans et elle 21, c’est mal parti), ensemble et comme je l’ai réussi avec plusieurs amis sur place, nous vous trouverons une compagne en moins d’1 an. Et pour les plus pressés, en un mois de présence quotidienne à mes côtés, je sais pour l’avoir vécu, qu’il est possible de nouer une relation agréable et sérieuse avec une jeune femme qui vous plaira. Il faut être vicieux et con comme un complotiste qui pense que les attentats de Boston étaient une « comédie » pour voir autre chose que du positif dans mes propositions. Vous pensez y arriver seul ? Parfait, ne me contactez pas et prenez un billet pour Budapest, Bucarest ou Sofia. Vous êtes un peu timide, vous manquez de confiance en vous ? Votre boulot ne vous permet pas d’investir assez de temps dans la recherche de votre moitié ? Ici, je peux intervenir et vous faire parvenir au but. Autant d’éléments que je reprendrai et expliquerai aussi souvent que nécessaire en article et en vidéo.

Pour qui se prennent-ils ?

Voilà ce qui me chiffonne : je voudrais qu’on m’explique la légitimité de Soral et sa clique pour critiquer l’aspect moral de mon entreprise et l’impossibilité prétendue de sa réussite. En quoi un père de famille heureux comme moi, en couple avec la même femme depuis 7 ans, devrait être moins crédible sur la question hommes/femmes et l’union traditionnelle entre Blancs, qu’un hystérique bisexuel (penchant avoué dans son livre « Misère du désir »), séparé de sa femme qui ne supportait plus ses tromperies omnivores, et qui a fait la démarche d’adopter un enfant non-européen dont il n’a même pas voulu la garde après sa rupture ? En quoi ce modèle d’échec sur pattes qu’est Soral aurait quelque chose à nous apprendre sur le couple ? Alain Soral sait peut-être comment étaler du gel douche autour de sa rondelle pour se faire sodomiser en douceur par un ami, juste pour essayer par curiosité sociologique (je renvoie à Misère du désir, une fois encore), mais à ma connaissance, niveau paternité, le mieux qu’il aurait à faire est encore de fermer sa grande gueule de déglingué.

Ce qui fout en l’air la dissidence E.R-ienne, c’est que je propose des solutions heureuses plutôt que de buter sur un constat incapacitant, à base de « li siounistes contrôlent tout, on peu ri1 fère !« . Soral et les petites suceuses qui lui servent de larbins ont fondé leur économie entière sur le malheur collectif des patriotes. Un exemple : vous êtes sans emploi, vous vivez en banlieue et vous êtes seuls et sans relations sexuelles ? Fantastique ! Inscrivez-vous à la salle de boxe pour vous entraîner avec des racailles et aiguiser votre soif de néant à leur contact ! Quel projet, quelle vision !!! Soral en fait même des DVD.

Ce que propose cet enfant du diable qui ne sort plus de sa boîte que pour cracher son venin (moquer la mort de Tepa, celle de l’enfant de LLP, souhaiter un cancer à Vincent Lapierre, m’envoyer des Arabes à Marseille pour me balancer des cailloux à la gueule) à la jeunesse nationaliste, c’est de s’endormir devant les conférences conspis qu’il organise, de croire à une réconciliation que les musulmans ne souhaitent pas et que même une partie de la gauche commence à rejeter, et surtout, de rester sur le sol français dans la non-baise la plus totale, en les culpabilisant de songer à l’expatriation, quand lui s’est tiré peinard en Suisse à la seconde où la possibilité d’aller en prison est devenue sérieuse.

Je rappelle – car je connais le Soral des premières heures – que ce dernier a toujours dit qu’il préférerait la prison à l’exil, critiquant Boris Le Lay notamment pour son éloignement au Japon. Evidemment, deux poids, deux mesures… quand il s’agit de sauver son cul doré, Alain se fiche de se contredire et réinvente un narratif à sa propre gloire. Il faut le voir par exemple sur VK critiquer les « branleurs qui passent leur vie sur Facebook« , tout content d’en avoir été banni comme moi je l’ai été, à vie d’ailleurs, par le patron de Facebook france en personne. Alain oublie sûrement qu’avant d’en être exclu, il était un pur drogué de Facebook, y passant ses nuits à pamphléter et diffamer le monde entier, tout en draguant des beurettes en MP comme un fou furieux entre deux masturbations rageuses sur Pornhub.

S’il y a bien un sujet sur lequel ce Monsieur Crade est mal placé pour s’exprimer, c’est celui de l’Amour, de la famille et des sentiments humains. Lui-même en est totalement dépourvu.

Des critiques sans preuves à mourir de rire

L’article d’ER, écrit par un esclave de Soral sous pseudo (un nom bidon roumain inventé, on dirait le blaze Juan Fucalescu, inventé par les Inconnus dans un fameux sketch) a au moins le mérite de me permettre de nourrir le procès en diffamation que je compte intenter à ce gourou ridicule. On y lit par exemple que la jeune femme qui m’assiste serait une strip-teaseuse en webcam, sous prétexte que son identité mystérieuse n’est pas révélée sur mon site. Je rappelle que je suis considéré comme un militant de haut niveau de la cause raciale, fiché S et déjà condamné, et que cette jeune personne ne souhaite pas (pour le moment) s’exposer à mes côtés en image, pour des raisons professionnelles. ER prend les Blancs pour les derniers des cons : si vous voulez vous faire une webcam chaude avec une gonzesse top, vous n’avez pas besoin de Conversano pour ça. Vous savez tous taper les mots adéquats sur Google.

Des conjectures incroyables sont faites sur mon existence, et comment je réussirai à rester 1 mois loin de ma famille pour coacher des copains (Soral arrive bien à rester loin de sa fille tout au long de l’année, lui, mais peu importe). D’abord j’ai envie de dire, de quoi je me mêle, franchement… mais pour montrer la connerie extravagante d’une telle attaque, je ferai l’effort d’énoncer la vérité nue : ma propre femme est la webmasteur de ce site et me soutient dans cette entreprise. Et quand nous ferons des séjours d’1 mois en immersion sur place, naturellement, ma femme et mon enfant m’accompagneront. Une partie de la journée, je serai avec mes gars pour les aider à avoir la vie qu’ils méritent, l’autre, je serai en famille. Parce que c’est une entreprise familiale, saine et belle, qui part d’une intention noble de mon côté.

L’Europe de l’est est un paradis relationnel entre les hommes et les femmes dont beaucoup, même parmi les natios qui ont « découvert le plan », profitent en secret par égoïsme, catastrophés à l’idée mesquine de ne plus être les seuls à connaître cette mine d’or. Comme souvent, je suis pointé du doigt parce que je suis le seul philanthrope de la bande : pendant que vous vous demandez si oui ou non, c’est décent d’abandonner votre pays pour trouver l’amour, des types que vous voyez commenter tous les jours sur Facebook et dont vous ignorez tout, se font des voyages réguliers en Ukraine et en Pologne pour y mener la Dolce Vita. Ca paraîtra difficile à croire aux naïfs, et pourtant c’est vrai : la plupart des gens sont des CONNARDS individualistes qui jouissent d’avoir des choses et d’obtenir des plaisirs que les autres n’ont pas. Depuis que je parle de l’Europe de l’est autour de moi, j’ai connu des dizaines de mecs arrivant ici en avion pour ne jamais revenir en France, quittant le militantisme, oubliant tout et la cause en premier, la jouant perso et ne conseillant JAMAIS à leurs propres amis de les rejoindre pour avoir une vie heureuse. Ce n’est pas spécifique à la dissidence, mais l’absence de solidarité et de fraternité masculine est une des caractéristiques de la société française d’aujourd’hui.

Cela me fait gerber. Depuis que j’ai découvert cette autre Europe, je n’ai qu’un rêve : en faire profiter mes camarades, et vivre avec eux et en communauté, une vie paisible. A présent que je mets ce plan à exécution, les têtes mal pensantes de la Soralosphère sortent leurs griffes pour vous empêcher de quitter leur nid poisseux.

Deux possibilités s’offrent à vous : écouter Youssef Azouzou Hindi et Lucien Dépressif Cerise jusqu’à la fin de votre existence via ER, ou bâtir un foyer blanc, par la force du courage, seul, OU avec mon aide, parce qu’il n’y a pas à avoir honte de demander de l’aide quand on en a besoin. A vous de choisir.

Soral alimente son train de vie de dépravé avec votre malheur. Je vous propose de m’aider à construire un empire qui me fera détrôner cette dissidence abominable, en échange de quoi je vous promets le bonheur simple de l’Amour. De la vie, une famille forte, en Europe blanche. Tout, et rien d’autre !


Daniel Conversano

Étiqueté , , , , ,