Le Sapeur Stéphane Édouard ne comprend pas le principe de mon site "Bâtir un foyer" : je le lui explique

Dans un tweet qui affiche un mépris singulier à mon égard, mais qui transpire en réalité l’inquiétude pure, Stéphane-est-noir a demandé ironiquement à son public, ce que c’était que « ça », à savoir ma proposition d’aide à la mise en couple entre hommes français et européennes de l’est. Mon site Bâtir un foyer.

D’abord, présentons Stéphane à mon public. Stéphane-est-noir est un BRILLANT métis dont la spécialité (attention, c’est compliqué) est la « sociologie appliquée aux relations hommes-femmes ». Si ça ressemble à une discipline universitaire qui n’existe pas, c’est normal, c’est parce que ça n’existe pas ! Déjà que la sociologie est une vaste arnaque qui n’a de scientifique que le titre, mais passons… Comme il est très compétent, Stéphane est noir vit de cette activité permettant aux hommes qui le suivent de… peut-être un jour, si le diplôme imaginaire en sociologie de la foune (175 euros le séminaire vidéo, quand même, je précise) leur permet de comprendre assez les nanas… je répète, de possiblement un jour… on sait jamais sur un malentendu ça peut passer… parvenir à faire que ces nanas s’intéressent à eux. Garantie de succès de l’opération : ZÉRO, LA TÊTE A TOTO !

Le mien, de projet, est sans doute moins « raffiné », mais certainement plus simple : il y a beaucoup d’hommes patriotes célibataires en France, et il y a dans certains pays de l’est, beaucoup de femmes célibataires qui ont pour projet de trouver un compagnon, et d’avoir des enfants avec lui. Un projet que j’ai mené à bien avec ma propre femme, avec laquelle j’ai eu 1 enfant, et j’espère bientôt d’autres. Je ne promets pas la lune à mes camarades, je leur promets du concret : une jeune femme saine, pas une classe mannequin ni une bimbo de luxe, une girl next door sympathique, gentille et sans problèmes psychologiques rédhibitoires comme en ont des millions de femmes et d’hommes en Occident de nos jours (je ne le dis pas méchamment, je dis cela sur le ton du fait).

Ce projet fonctionnera car je suis sur le terrain, en Roumanie, Ukraine et Bulgarie la majeure partie de l’année, et que je vois ce que je vois, je sais ce que je sais, et affirme ce dont je suis certain et rien d’autre : l’Europe de l’est, c’est un endroit où à l’heure ou je vous parle, le désir de vie d’une femme arrivée à l’âge adulte (24, 25 ans) est de trouver un amoureux qui lui fera des enfants. C’est tout, et c’est déjà très bien. Alors évidemment, on vous renverra toujours à l’archétype anxiogène de la « prostituée slave » parce que les femmes ici sont célèbres pour leur scintillante beauté. Grande, fine, avec des phénotypes rares, brunes aux yeux bleus azur, rousses à la taille de guêpe et aux seins lourds, blondes d’1m85 augmenté de talons hauts, aux lèvres crémeuses et aux joues écarlates, etc. Mais croyez-vous vraiment qu’un pays puisse être rempli de femmes dont l’emploi unique est l’escorting et les passes de rue ? Depuis la semaine dernière, le milieu dissident franco-centré vous fait croire que l’Europe de l’est est une zone sordide à l’intérieur de laquelle aucune femme ne peut mener une existence saine et sincère. Ne pensez-vous pas qu’il existe en Roumanie des femmes médecins (comme l’est la mienne), avocates, enseignantes, cadres, étudiantes, serveuses, caissières, coiffeuses, avec des vies tout à fait normales comme il en existe partout ailleurs ? Ce sont ce genre de jeunes femmes que je vous propose de rencontrer, et d’aimer tendrement. Un objectif pacifique pour lequel on ne peut avoir de mauvais sentiments.

Je parle régulièrement du projet BÂTIR UN FOYER dans ce live !

Puisqu’il faut expliquer à Stéphane est noir le principe d’un site qui tient sur une seule page, alors expliquons-lui le concept le plus lentement possible pour que son cerveau puisse assimiler les choses correctement : bâtir un foyer est une plateforme qui propose des voyages de découverte de l’Europe de l’est – sur un modèle touristique – et aussi de mise en relation avec des femmes souhaitant fonder une famille, autrement dit, rien d’autre qu’une agence matrimoniale nouvelle génération dont je me propose d’être le représentant, car l’expérience que j’ai ici et la confiance que me font les nationalistes après des années à militer à leur côté, légitiment cette position d’entremetteur.

Maintenant, je vais expliquer à mon public, pourquoi des gens comme Stéphane est noir tremblent des testicules et n’arrivent pas à s’empêcher de s’attaquer à mon site (merci pour la promo au passage : 56 messages depuis samedi soir) : Les joueurs de flûtes comme Monsieur Est noir sont des bullshiteurs à temps plein, des vendeurs de vent professionnels, de pantalons à une jambe, qui se sont auto-attribués une compétence dans la compréhension des rapports hommes/femmes avec pour unique but de la commercialiser, et tout ça bien sûr, sans jamais offrir la garantie que l’imbécile qui paiera pour obtenir ses leçons arrivera à ses fins. L’argument pour eux est tout trouvé, en cas d’échec : « si mes conseils ne vous ont pas permis d’accéder à la femme, c’est que le problème, c’était VOUS… je vous propose de télécharger encore 6 formations pour approfondir votre connaissance du sujet ».

Même si j’ai le plus profond mépris pour Stéphane est noir, par courtoisie et indifférence à vrai dire, je ne me serais jamais permis de rédiger un tel texte, si ce dernier m’avait laissé mettre en place mon projet loin du sien, en parallèle, sans se faire coucou, chacun dans son coin ; je n’ai pas pour habitude d’attaquer le premier, et la vie est courte, j’aimerais en profiter. Mais l’arrivée d’une proposition comme la mienne ridiculise involontairement les branlettes analytiques qui n’ont que l’apparence de l’intelligence de types comme Stéphane est noir, lequel voit désormais dans ma seule existence en tant que coach en relations (même à l’autre bout de l’Europe, sur un terrain qui n’est pas le sien) la mort possible de sa carrière de youtubeur/entubeur. Il est vrai que les gens peuvent facilement comparer des prix, des projets, des réussites, de nos jours, c’est dommage pour toi Stéph…

Me rejoindre au paradis : Bâtir un foyer

Mais ce n’est pas terminé… Le problème de Stéphane est noir avec moi ne date pas d’hier, et il n’est pas seulement lié à une affaire de concurrence. Je crois que Stéphane est noir, qui est noir, je ne sais pas si vous le saviez, n’apprécie pas trop que je sois le leader du communautarisme blanc francophone, et que je rappelle dès que je le peux, combien l’Afrique (dont le sang palpite dans ses gènes simili-bourgeois) n’a pas enrichi intellectuellement et culturellement la France que nous aimons. No Fake : déjà, il y a 2 ans, il avait demandé à Virginie Vota en échange d’un entretien sur sa chaîne, de renier ses collaborations avec moi, en me faisant supprimer le direct que nous avions tourné ensemble au début de l’année 2017. Virginie, et je l’en remercie, n’avait pas accédé à cette demande. Stéphane est noir a sans doute vu cela comme un échec cuisant, il faut dire qu’il imaginait sans doute que son charisme de métis en costard envoûterait Virginie en lui faisant abjurer ce en quoi elle croit (l’engagement, la sincérité du coeur).
Vous voyez, derrière un tweet de quelques lignes, quand on connait les coulisses comme moi, on peut comprendre beaucoup de choses…

Le live en question.

Stéphane est noir, écoute-moi ma petite canne a sucre… pour moi, et même si tu t’achetais un costume à 30 000 balles pièce, tu seras toujours le sapeur des forêts tropicales qui, comme un enfant imagine qu’il est policier en portant un uniforme en plastique, croit pouvoir devenir un européen simplement… en s’en donnant l’air. Tout le parfum Chanel du monde, tous les sourires Colgate travaillés devant ton miroir, tous les plus beaux tailleurs au secours n’y changeront rien : quand on n’est pas un vrai européen, on ne peut pas incarner la classe européenne.

Mais le plus fou dans cette histoire, c’est que toi et moi n’avons pas le même public, et qu’il n’y avait pas lieu de créer cette concurrence entre nous que tu viens de lancer de la plus lâche des manières – je rappelle ton tweet à lire avec une voix bitchy : « Quelqu’un peut m’expliquer CA ??? »

Vois-tu, le cynisme est l’arme des cloportes qui ne disent pas les choses clairement. Moi, je dis les choses clairement : je ne t’aime pas, Stéphane, tu pètes plus haut que ton cul et j’ai horreur de ça. Il n’y avait aucune raison d’en arriver là, vraiment, sinon ta jalousie fondamentale pour ce que je représente : la désinvolture prolétaire latine, l’audace politique combinée à la joie de vivre, la délicatesse rieuse qui vient d’en bas et qui aura toujours + de succès dans le vrai monde blanc, en Europe de l’est, que tu n’en auras jamais. Une partie du monde pas encore dégueulassée où des hommes gentils et intelligents, et même un peu timides, peuvent trouver l’amour sans avoir à se souiller l’âme en écoutant des conseils sournois qui permettent de devenir un séducteur raté en Occident. Ce que je leur offre avec BÂTIR UN FOYER, c’est la possibilité d’accéder au bonheur (pas seulement au plaisir, ce qui est différent) et de le faire en restant qui ils sont, sans schémas de séduction pré-conçus, sans calcul débile du genre « je vais appeler la meuf dans 3 jours et pas dans 2, sinon elle va croire que je suis un candaule », mais aussi sans angoisse de l’échec répété, sans séjour à la salle de sport où on prend des protéines pour augmenter son nombre d’abonnés Instagram, et plaire aux attention whore qu’on y trouve.

La vraie inspiration de Stéphane : ses frères sapeurs ! « Sapés comme jamais, sapés comme jamais, la la la « 

Bref : toi, tu essaies d’expliquer à des maladroits comment il faut danser en enfer, moi j’apprends à des Braves comment obtenir la vie qu’ils méritent : du calme, de la sérénité, une femme aimante et des enfants blancs, tout ça, dans une Europe Européenne, pas une Europe… Stéphane Édouard.

Je comprends la peur que mon initiative te fasse perdre des clients, mais crois-moi, tu en perdras beaucoup moins en fermant ta jolie bouche à mon sujet, et ce, le plus rapidement possible. Tu sais, d’autres qui se croyaient malins, y ont déjà perdu des plumes… (pour les lents du bulbe, je parle d’Alain Soral).

Bonne continuation Stéphane, je te laisse à ton Wakanda intérieur dans lequel tu penses avoir du style, après cette PLS magistrale que tu m’as forcé à t’infliger. Entre coachs, on se taquine, c’est normal !

Pour les choses sérieuses, cliquez ici : Bâtir un foyer européen.

Étiqueté , , , , ,