L’Iran, désespéré par la crise du Coronavirus, se dit prêt à utiliser un vaccin fabriqué par Israël s’il s’avère efficace

Un des plus influents Ayatollah iranien se dit d’accord pour acheter un futur vaccin israélien contre le Coronavirus.

Naser Makarem Shirazi, 93 ans, un négationniste de l’Holocauste et une des plus hautes autorités religieuses d’Iran, a dit que l’utilisation d’un vaccin fabriqué par les «sionistes» serait acceptable s’il n’y a «pas de substitut».

Le régime iranien considère Israël comme un ennemi mortel. Mais l’Iran a également été confronté à l’une des épidémies les plus graves du coronavirus COVID-19 au dehors de son origine et de son épicentre en Chine.
« Il n’est pas permis d’acheter et de vendre aux sionistes et à Israël« , a déclaré mercredi le grand ayatollah Naser Makarem Shirazi, 93 ans, au quotidien iranien Hamdeli. « A moins que le traitement soit unique et qu’il n’y ait pas de substitut« , a-t-il ajouté, « alors ce n’est pas un obstacle« .

Shirazi, l’une des plus hautes autorités de l’islam chiite et ancien membre de l’Assemblée d’experts du régime qui nomme le Chef Suprême, est considéré comme l’un des idéologues les plus purs et durs du régime.

Il a qualifié l’Holocauste de «superstition», s’est opposé à la possession d’animaux domestiques et s’est opposé aux efforts visant à permettre aux femmes d’assister à des matchs de football.

Selon des responsables iraniens, au moins 429 personnes sont mortes en Iran des suites de l’épidémie de coronavirus et plus de 10 000 personnes ont été confirmées infectées jeudi. Les estimations internationales suggèrent que le nombre de morts pourrait être beaucoup plus élevé.

L’épidémie a mis à rude épreuve un régime déjà frappé par les sanctions américaines et grandes émeutes au cours de la dernière année en raison de la hausse des prix du carburant et d’autres pressions économiques.

Mercredi, les médias ont annoncé que l’Institut israélien de recherche biologique, qui opère sous l’égide du ministère de la Défense, s’approchait de la réalisation d’un vaccin contre le coronavirus. Plus tard dans la journée, le ministère de la Défense a nié toute « percée » et a déclaré que les efforts de l’institut « prendront du temps » pour porter leurs fruits.

Faisant état de la possibilité qu’Israël soit le premier à produire un vaccin, le quotidien iranien Hamdeli s’est tourné vers Shirazi pour demander si les Iraniens seraient autorisés à acheter et à utiliser le vaccin développé par Israël.

Source

Étiqueté , , , , ,