Portrait de cinéaste – Tobe Hooper, l’homme d’un seul film d’horreur culte ?

Tobe Hooper est né à Austin, au Texas, le 25 janvier 1943. Il est mort le 26 août 2017 à Los Angeles (Californie), on le connait principalement pour ses films d’horreur dont le plus célèbre est Massacre à la tronçonneuse.

Vie et Carrière

Il entre en 1962 au département Radio-Television-Film de l’université du Texas, et travaille également en tant que caméraman pour la station de télévision KLRN. Il est alors engagé afin de filmer un documentaire consacré au groupe folk Peter, Paul and Mary.

En 1970, Hooper réalise Eggshells, un premier long métrage à petit budget. À cette occasion il fait la connaissance de Kim Henkel. Hooper organise un casting qui réunit professeurs et élèves de son école. Avec Kim Henkel, il réalise son oeuvre maîtresse, Massacre à la tronçonneuse, qui influencera l’industrie du film d’horreur et reste aujourd’hui un classique. Hooper s’inspire pour cette histoire de la vie d’Ed Gein, tueur nécrophile responsable du meurtre de plusieurs personnes dans les années 1950. Le film ne sera projeté qu’en 1977 en France, à cause de sa violence. Il fait rapidement l’objet d’un culte.

En 1976, Tobe Hooper reforme l’équipe de ce film pour réaliser Le Crocodile de la mort, film d’horreur gore avec Mel Ferrer, William Finley et Marilyn Burns (l’actrice principale de Massacre à la tronçonneuse). Ce long-métrage conte l’histoire d’un gardien de motel donnant ses clients en pâture à son… alligator. Dans ce même film, un rôle principal aida à lancer la carrière de Robert Englund ; ce dernier retravailla avec Tobe Hooper à plusieurs reprises. Le Crocodile de la mort reçut de nombreux prix dans des festivals de films d’horreur.

En 1979, Tobe Hooper est choisi par les productions Film Ventures International pour réaliser The Dark, un thriller de science-fiction mais est remercié trois jours après le début du tournage et remplacé. Il a plus de chance la même année avec l’adaptation en feuilleton de Salem, le fameux roman de Stephen King.

En 1981, il réalise, pour Universal Pictures, Massacres dans le train fantôme. En 1982, il rencontre le succès commercial quand Spielberg le choisit pour réaliser une de ses productions, Poltergeist, qui devient rapidement un hit au box-office. Des rumeurs persistantes affirment toutefois que Spielberg aurait réalisé une bonne partie du film. Poltergeist a peut-être plus de succès économique que Massacre à la tronçonneuse mais trois ans s’écoulent avant que Tobe Hooper ne retrouve du travail.

Il signe un contrat de trois ans avec Menahem Golan et Cannon Films, et réalise de nombreux films dont l’apocalyptique Lifeforce en 1985, L’invasion vient de mars en 1986, un remake des Envahisseurs de la planète rouge, et une suite à son premier film, Massacre à la tronçonneuse 2 (qu’il présente comme une suite parodique et second degré au légendaire premier opus). Il réalise également deux films avec Robert Englund, Nuit de la Terreur en 1993 et The Mangler en 1995, ainsi que de nombreux épisodes pour des séries télévisées d’horreur comme Les Contes de la crypte. Il réalise aussi l’épisode pilote de Freddy, le cauchemar de vos nuits (Freddy’s Nightmares), préquelle télévisée du film de Wes Craven, Les Griffes de la nuit.

Malgré des critiques très favorables, son remake d’un classique du film d’horreur The Toolbox Murders sort directement en vidéo. Son film suivant, Mortuary a, en revanche, les honneurs d’une exploitation en salles dans l’Hexagone en 2005 mais il est souvent considéré comme l’un des pires ratés de l’Histoire du cinéma. Sa dernière réalisation, Djinn, a connu une post-production houleuse et ne sera distribuée qu’en 2016 (soit trois ans après la fin de son tournage) en DVD en Allemagne puis aux États-Unis.

Nous pouvons conclure de la carrière de Tobe Hooper que son nom sera retenu pour toujours par les cinéphiles du monde entier pour son premier film inoubliable, Massacre à la tronçonneuse, qui a repoussé les limites du genre en faisant basculer le cinéma d’horreur dans une nouvelle ère, ou le réalisme sordide dans la présentation des personnages sociopathes qui font l’intrigue, n’épargne rien aux spectateurs et le met volontairement dans l’inconfort.

On mentionne Tobe Hooper et la scène finale de Massacre à la tronçonneuse dans ce live de cinéma :

Étiqueté , , , , , , , ,