Résultats des législatives : une percée historique pour le RN – Remarques, opinion politique

Nous avons reçu les résultats du second tour des législatives 2022 et ils sont assez surprenants.

ENSEMBLE, le groupe de Macron qui vient d’être réélu président, n’a pas sa majorité. Le RN, qu’on pensait affaibli par la concurrence d’Eric Zemmour, et à qui on prédisait une dizaine de sièges, en aura finalement au moins 85. Le fromage de la nouvelle Assemblée semble coupé en parts égales, et on se demande comment tout cela sera gouvernable. Ce sont des résultats qu’on pouvait attendre si la proportionnelle était en place, et non le scrutin majoritaire comme c’est le cas aujourd’hui.

Quoi qu’on pense de Marine Le Pen ou de son parti, le score est historique pour le RN.

Voici mon avis, à chaud. Les enseignements à tirer de ces législatives, et les perspectives pour l’avenir :

  1. Marine Le Pen n’est pas morte politiquement, loin de là. Nous pensions tous que 2022 serait l’année de la fin de son règne sur le camp national, or, il n’en est rien. Il faut le dire sans détour : nous nous sommes presque tous trompés.
  2. Plus généralement, les contenus d'”actualité” et “d’analyses politiques” sollicités par le public de droite sont de mauvaises qualités, car ce qui y est développé s’avère faux quelques semaines après la diffusion. L’avenir est en réalité imprédictible. La futurologie politique est une fausse science. C’est de la discussion de comptoir. Je n’ai lu aucun idéologue ou leaders d’opinion de droite prédire un RN à 90 députés. Il faut arrêter de proposer quotidiennement ce divertissement approximatif pour natios qu’est la revue d’actualité. Soyez complices de ce changement : regardez moins d’actu et plus de contenu spécifique et utile.
  3. La gauche l’emporte encore parce qu’elle arrive à créer des alliances en interne, ce dont est bien incapable la droite. On me dira que c’est la faute de Marine Le Pen, qui a refusé d’avancer aux côtés d’Eric Zemmour dans ces élections. RAPPEL : Le soir de la défaite au 2ème tour de MLP contre Macron, Zemmour a affirmé qu’elle n’y arriverait jamais, qu’il y avait en somme une malédiction Le Pen. Il a fortement suggéré son incompétence. Le fait est qu’il n’a jamais vraiment voulu l’Union : il a souhaité pointer du doigt le RN pour lui faire porter le chapeau de la défaite de la droite. Marine Le Pen a proposé à Eric Zemmour d’être candidat RN aux Européennes bien avant la campagne 2022, et ce dernier avait refusé en disant que “son rôle gramscien était plus efficace (le fait d’être écrivain et journaliste). En réalité, il a voulu jouer sa carte personnelle, en pensant qu’il avait plus de chances qu’elle de gagner, et il s’est trompé.
  4. Ces résultats expriment tout de même un rejet d’Emmanuel Macron par les Français actifs et les jeunes. Le score de son mouvement, pour un président réélu et au centre de toutes les attentions depuis la guerre en Ukraine, est clairement décevant. Sans les retraités, sa côte de popularité serait basse en réalité, et elle rappelle que tous les présidents de ces vingt dernières années ont déçu les Français et leur ont donné des envies de changement.
  5. Un scénario inquiétant avec une extrême-gauche au second tour en 2027 contre le RN devient possible, même s’il reste moyennement probable : mon avis est que le système soutiendrait alors l’extrême-gauche sans hésiter (même si les journalistes sont aujourd’hui très critiques de Mélenchon : leur poulain restant Macron). Ce scénario rappelle la politique récente en Grèce, où extrême-gauche et extrême-droite s’étaient affrontées pour le pouvoir.
  6. Les cadres en France, ont voté NUPES. Chez nous, les cadres votent extrême-gauche, c’est assez incroyable. Voilà probablement l’information la plus inquiétante à retenir. La société française se polarise sur la question du Grand remplacement, et je crains que les idées de la gauche woke, conspi et égalitariste, n’avance plus vite que celle de droite identitaire.
  7. Eric Zemmour a involontairement milité pour Marine Le Pen. En faisant buzzer des thématiques de droite, Zemmour a motivé le camp patriote à se mobiliser derrière Marine Le Pen, considérée comme la seule à pouvoir gagner, et donc, à pouvoir défendre des idées essentielles à la survie de la France.

Si Zemmour veut prendre son envol et avoir un poids électoral à l’avenir, il doit se démarquer du RN et opérer un changement de ligne, et pas seulement un changement cosmétique. Entre deux partis souverainistes aux grandes lignes assez similaires, les électeurs choisiront toujours celui qui est annoncé au plus haut avant l’échéance, c’est-à-dire le RN. Il faut renverser l’échiquier.

—- On en débat sur Telegram si vous voulez —-

Total
1
Shares
Previous Post

Monde – Le Coca-Cola va bientôt totalement disparaître de Russie – Nouvelle guerre froide

Next Post

Musique européenne – Arvo Pärt : Da Pacem (Album complet) – Mélodies minimalistes et souffle religieux