L’Abkhazie, histoire et actualité de ce pays du caucase reconnu par seulement 7 nations dans le monde

Aux yeux du monde, c’est un pays qui n’existe pas. Ou presque. Si l’Abkhazie a fait sécession de la Géorgie et déclaré son indépendance il y a près d’un quart de siècle, son existence n’est reconnue que par une poignée de pays, dont la Russie, son puissant voisin. Nos reporters sont retournés dans cette petite république du Caucase, jadis surnommée « perle de la mer Noire », en quête de reconnaissance internationale.

Au pied de la chaîne du Caucase, l’Abkhazie est un petit territoire de 240 000 habitants coincé entre la Géorgie et la Russie. Au temps de l’Union soviétique, c’était une république autonome au sein de la République socialiste soviétique de Géorgie. Au lendemain de la chute de l’URSS, en 1992, l’Abkhazie déclare son indépendance, au prix d’une guerre de plus d’un an contre la tutelle géorgienne qui coûte la vie à plus de 15 000 personnes et engendre le déplacement de plusieurs centaines de milliers de Géorgiens. Un traumatisme encore présents dans les esprits.

La Russie signe l’accord de modernisation de l’armée abkhaze

Après des négociations entre l’Abkhazie et la Russie au niveau des ministères de la défense et des affaires étrangères, Poutine vient de donner (septembre 2019) ordre de ratifier l’accord de modernisation de l’armée d’Abkhazie. Il est vrai qu’avec la radicalisation de la politique atlantiste antirusse de la Géorgie, c’est une décision qui semble raisonnable.

Depuis la chute de l’Union soviétique, la Géorgie n’arrive pas à s’imposer sur les territoires de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie. La situation s’est définitivement dégradée quand Saakachvili, en août 2008 a décidé de pilonner la capitale ossète et a envoyé ses troupes. La Russie, sous mandat de l’ONU, est alors intervenue pour bloquer le massacre des civils dans ces républiques indépendantistes. A la suite de quoi, la Russie les a reconnues et soutenues, notamment économiquement. Pour exemple, l’aide financière socio-économique apportée par la Russie à l’Abkhazie pour les années 2017-2018 s’élève à environ 6 milliards de roubles.

Avec la tension de la situation en Géorgie, la volonté des autorités géorgiennes de se rapprocher encore de l’OTAN, sans compter le soutien inconditionnel apporté à la Géorgie contre la Russie, notamment au sujet de ces républiques, les questions de la défense des populations civiles y résidant et la stabilité aux frontières de la Russie se posent avec de plus en plus d’insistance.

Des consultations ont donc eu lieu au niveau des ministères de la défense et des affaires étrangères, ayant conduit à l’élaboration d’un accord sur la modernisation de l’armée abkhaze. Au-delà même de l’intérêt très direct pour les populations locales, c’est un signal politique très fort lancé au Clan atlantiste. Le durcissement de la ligne antirusse en Géorgie, dont Soros revendique la paternité, ne peut rester sans réponse. Si à chaud, dans un premier temps, Poutine a désamorcé une montée incontrôlée du conflit en se prononçant à juste titre contre l’adoption de sanctions supplémentaires, une réponse plus systémique, prenant le problème de la sécurité régionale dans sa globalité vient ainsi, avec cet accord, d’être apportée.

Source de la vidéo sur l’Abkhazie

Source concernant la modernisation de l’armée abkhaze